Home Culture Cinéma l’Algérie à l’honneur du Festival du film arabe de Fameck

l’Algérie à l’honneur du Festival du film arabe de Fameck

4 min read
0
0
13
Festival du film arabe

L’Algérie est à l’honneur de la 33e édition du Festival du film arabe de Fameck (Moselle), pour marquer les 60 ans de son indépendance proclamée le 5 juillet 1962, après 132 ans de colonisation française, et mettre en lumière les jeunes réalisateurs qui « amènent un nouveau souffle » au cinéma algérien.

« Depuis quelques années, nous avons des propositions fortes de productions algériennes, et surtout des jeunes réalisateurs qui amènent un nouveau souffle dans l’écriture et les thématiques » abordées, souligne Mahjouba Galfout, coordinatrice du festival.

« Nous avions envie de ne pas nous focaliser sur l’histoire, le passé et les moments douloureux: on voulait surtout parler de l’Algérie contemporaine, de la vie quotidienne à travers des histoires simples, poétiques et percutantes » auxquelles « le public peut s’attacher », ajoute-t-elle.

Les organisateurs ont sélectionné neuf films « qui traitent de l’Algérie », notamment « Soula », de Salah Issaad, ou « Nardjes A. », un documentaire de Karim Aïnouz sur une jeune Algérienne qui participe au « hirak », mouvement de contestation qui a secoué le pays en 2019.

Au total, le festival présente 32 long-métrages, dont huit en avant-première, ainsi que dix court-métrages.

Parmi les avant-premières, « La conspiration du Caire », nouveau film du réalisateur suédois d’origine égyptienne Tarik Saleh, primé aux César et au festival de Sundance pour son thriller « Le Caire Confidentiel » sorti en 2017.

Sept conférences avec des cinéastes sont également organisées en marge des films, des « temps de rencontre indispensables » pour « faire revenir les gens au cinéma » après la pandémie de Covid-19, explique Mahjouba Galfout. En 2019, le festival avait accueilli 14 000 personnes.

Fameck décernera aussi cinq prix, parmi lesquels le Grand prix dont le jury est présidé par la réalisatrice franco-algérienne Mounia Meddour, César du Meilleur premier film en 2020 pour le très remarqué « Papicha ».

Le réalisateur belge Luc Dardenne est quant à lui l’invité d’honneur de cette édition, où son dernier film, « Tori et Lokita », en salles mercredi et réalisé avec son frère Jean-Pierre, fait partie de la programmation.

Facebook Comments Box
Load More Related Articles
Load More In Cinéma

Check Also

La 33ème édition des JCC rend hommage à Jean Luc Godard et Jean-Louis Trintignant

La 33ème édition des JCC rend hommage à deux sommités du 7ème art qui nous ont récemment q…